Faites Ce qu’Il Vous Dit

La lecture de l’Évangile d’aujourd’hui lors de la fête de mariage à Cana offre deux exemples d’obéissance rapide et de disciple chrétien.

Le premier exemple est Marie, la mère de Jésus. Elle remarque la crise sur le point de se dérouler lors de la fête de mariage: Le vin a manqué. Manquer de vin aurait causé une grande honte à la famille qui organisait le festin de mariage. Marie voit le besoin et apporte immédiatement la préoccupation à la seule personne qui peut faire la différence: Jésus. Dans ses actions, Marie nous enseigne à aller promptement vers Jésus avec tous nos besoins.

Le deuxième exemple est celui des serviteurs qui obéissent pleinement aux ordres de Jésus, remplissant d’eau les jarres de pierre. Même s’ils ne voient pas comment des jarres pleines d’eau résoudront le problème de la pénurie de vin, ils font confiance aux paroles de Jésus et lui obéissent parfaitement, remplissant les jarres  » à ras bord. »

Les mots de Marie  » Fais ce qu’il te dit  » sont au cœur de la lecture d’aujourd’hui. Ces paroles reflètent sa propre disposition intérieure à faire la volonté de Dieu et inspirent les serviteurs à obéir avec confiance au Christ. Que les paroles de Marie nous encouragent à manifester notre confiance en Jésus en lui obéissant promptement en toutes choses, en remplissant nos « jarres » de tout ce qu’il peut nous demander « à ras bord. »

Réflexion en première lecture

Ésaïe 62:1-5

Le fait que les prophètes aient utilisé la relation de mariage pour exprimer la relation de l’Ancienne Alliance avec Dieu nous en dit long sur la relation de la Nouvelle Alliance avec Dieu. De même que le lien matrimonial naturel est sacramentel lorsqu’il est entrepris par deux chrétiens baptisés qui s’entretiennent ce sacrement, de même la relation humaine avec Dieu dans l’histoire est sacramentalisée lorsque l’Église épouse le Christ; lorsque la communauté baptismale s’allie avec le divin Marié.

Tant de malentendus actuels sur ce qu’est l’Église disparaissent lorsque nous nous voyons enfin dans l’Église comme l’Épouse du Christ. Cette compréhension biblique d’Israël en tant qu’Épouse et de Dieu en tant que Marié n’est pas simplement un dispositif symbolique. Il exprime dans le seul langage disponible de ce côté du ciel, et donc de la manière la plus précise possible aujourd’hui, la réalité de notre relation avec Dieu dans l’Église. C’est pourquoi saint Paul dit de l’alliance du mariage que c’est « un grand mystère, et je veux dire en référence au Christ et à l’Église » (Éphésiens 5:32, RSV).

Réflexion en deuxième lecture

1 Corinthiens 12:4-11

Paul aborde de nombreuses questions dans cette lettre aux Corinthiens, y compris les différends entre factions. Il est important de se rappeler que les apôtres et leurs successeurs (notre Pape et nos évêques actuels) ne sont pas simplement des arbitres dans ces différends. Le Pape et les évêques sont les enseignants divinement nommés de la foi à qui Jésus a promis la direction de l’Esprit. Ils sont chargés de garder et de transmettre la foi reçue révélée par Christ.

Paul cherche dans ce chapitre des Corinthiens à établir la base de l’égalité spirituelle de tous les croyants sur la base de l’œuvre d’un seul Esprit. On pourrait dire que seul l’Esprit Saint pourrait créer l’unité dans une Église aussi diverse que celle de Corinthe et il en va de même pour l’Église catholique dans son ensemble ; son unité est un signe certain de la présence de l’Esprit.

Réflexion évangélique

Jean 2:1-11

Dans l’Évangile de Jean, le premier miracle et le ministère public de Jésus commencent lors d’un mariage. À un certain moment pendant la fête de mariage à Cana, le vin s’épuise et la mère de Jésus, Marie, lui fait part du besoin de plus de vin. Il est frappant de constater que Marie agit comme un intercesseur, un rôle pour lequel elle est connue à ce jour. Cette histoire nous en dit long sur Marie. C’est une personne profondément préoccupée par le bien-être des autres, et elle porte ces préoccupations à son Fils divin.

En réponse à sa mère, Jésus déclare que son « heure » n’est pas encore venue. L' »heure » est identifiée comme sa passion, sa mort sur la croix. Certains érudits ont vu l ‘ »heure » comme un symbole pour la messe, où nous renouvelons le sacrifice du Christ sur le Calvaire dans notre « heure. » À l' »heure » de Cana, Jésus changea l’eau en vin; à l' »heure » de la Messe, Jésus changea le vin en son sang. Nous nous rassemblons le nouveau Sabbat, le dimanche, pour l’Eucharistie, la fête de mariage de l’Agneau (Apocalypse 19:7), la nouvelle Cana, où nous buvons le vin nouveau, le Sang du Christ versé pour son épouse, l’Église.

Discussion

Entre amis ou en famille, regardez la courte vidéo d’ouverture du mot qui se trouve dans l’onglet « communauté » à FORMED.org Discutez ensuite des questions suivantes:

Bien que le Christ soit le centre de toutes les Écritures, cette histoire donne un aperçu unique de la vie et de la dévotion de sa mère et de la nôtre, Marie. Grâce au témoignage de la Sainte Mère et des serviteurs, le mariage à Cana donne au lecteur un aperçu de ce à quoi un disciple de Jésus est censé ressembler.

Comment les actions de Marie dans cette histoire fournissent-elles un modèle de disciple chrétien ?

Comment pouvez-vous mieux suivre son instruction de « faire ce qu’il vous dit »?

Les lecteurs de cette histoire peuvent souvent négliger l’importance des serviteurs du mariage, et pourtant leurs actions fournissent un bel exemple de ce à quoi il ressemble de suivre Jésus en tant que disciple authentique et confiant.

Comment la réponse des serviteurs démontre-t-elle la voie du discipulat chrétien ?

Comment peut-il être un modèle dans votre propre vie?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.